MOSAïques

célébration

 

Méditation

Méditation

Lisez la Vie : http://www.lavie.fr

Découvrez La Vie sur les présentoires de nos paroisses

Donne-moi, Seigneur, d’habiter la terre,

De l’habiter avec tout ce que je suis,

Tout ce que je sais et tout ce que je rêve.


Donne-moi, Seigneur, d’habiter la terre

Avec toute la tendresse dont je suis capable,

Tout le courage qui m’habite,

Toute l’espérance qui me berce le cœur.


Donne-moi, Seigneur, d’habiter la terre

Avec mon cœur ouvert à tous,

A tous ceux qui ne sont pas comme moi,

Ceux qui ne me ressemblent pas,

Ceux qui parfois me font un peu peur.


Donne-moi, seigneur,  d’habiter la terre

Avec mes limites mais aussi avec mes coups de cœur,

Avec ma pauvreté  et parfois ma richesse.


Donne-moi,  Seigneur,  d’habiter la terre,

Un peu comme toi tu sais l’habiter.

C'est ma rentrée : viens avec moi, Seigneur !


Merci, Seigneur,
pour les semaines d'été,
pour les découvertes et les rencontres,
pour la beauté contemplée,
pour le silence et l'amitié,
pour l'amour renouvelé et le repos !
Merci pour ce trésor:
je le garde dans mon corps et dans mon coeur.

Maintenant,c'est la rentrée dans le temps ordinaire.
Mais je ne retournerai pas à mes pratiques du passé,
je ne rentrerai pas dans mes habitudes.
Je vais entrer en lutte,
je vais entrer en amour,
je vais entrer en douceur,
je vais entrer en miséricorde et en sourire,
je vais entrer en clarté,
je vais entrer en courage,
je vais entrer en Évangile encore une fois !


C'est ma rentrée : viens avec moi, Seigneur.


texte de Charles Singer. Revue Prier, sept. 2009, p16


Marcher dans la solidarité,


Seigneur, toi qui es Trinité,

Par ta vie tu nous offres

Un modèle unique d’interdépendance,

De relations vécues dans l’amour

Et de solidarité.


Fais que nous soyons unis

Pour vivre à ton image.


Apprends-nous à partager

Les uns avec les autres l’espérance

Que nous transmettent tous ceux

Qui luttent pour la vie

Partout dans le monde.


Que leur courage nous incite

A surmonter nos propres divisions,

A vivre entre nous

Dans une sainte harmonie

Et à marcher ensemble,

Dans la solidarité.


Toi qui es le Dieu de la vie,

Conduis-nous à la justice et à la paix.

Amen.



texte tiré de Jardinier de Dieu,Chrétiens des institutions ignaciennes

A ceux que j’aime et ceux qui m’aiment,
Quand je ne serais plus là, relâchez-moi, laissez moi partir,
J’ai tellement de choses à faire et à voir.

Ne pleurez pas en pensant à moi,
soyez reconnaissants pour les belles années,
je vous ai donné mon amitié,
vous pouvez seulement deviner le bonheur que vous m’avez apporté.

Je vous remercie de l’amour que chacun m’a démontré,
maintenant il est temps de voyager seul.
Pour un court moment, vous pouvez avoir de la peine.
La foi vous apportera réconfort et consolation.
Nous serons séparés pour quelques temps.
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur,
je ne suis pas loin, et la Vie continue...

Si vous en avez le besoin, appellez-moi, et je viendrai.
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là.
Et si vous écoutez votre cœur,
vous éprouverez clairement la douceur de l’amour que j’apporterai.
Et quand il sera temps pour vous de partir,
je serais là pour vous accueillir .
Absent de mon corps, présent avec Dieu.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer, je ne suis pas là, je ne dors pas.
Je suis les mille vents qui soufflent.
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé.
Je suis la douce pluie d’automne.
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin.
Je suis celui qui brille dans la nuit.
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer, je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

Au revoir

Dieu notre Père

Ton amour a fait naître

En nos cœurs


Le désir

De suivre le Christ,


Le désir

De nous mettre

Pleinement

A l’écoute de la Parole

Faite chair,


Le désir

De faire route

Avec celui

Qui s’est fait compagnon

Des femmes

Et des hommes,

Partageant

Leurs souffrances,

Leurs combats

Et leurs espérances.


Ainsi nous avancerons

Sur les routes

De ce monde,


Pèlerins

En devenir d’humanité,

De fraternité,


Pèlerins

En devenir de sainteté


Celui que nous aimons

Est absent,

Mais mystérieusement

Présent par sa parole donnée,

Son corps livré,

Son esprit répandu

Pour les siècles des siècles.


prière de Sœur Monique GUGENBERGER

Qui entendra nos cris ?

Nos cris de colère et de révolte face à la souffrance, la maladie, la mort, le désespoir,

dans les nuits d’angoisse et de solitude.

Nos « pourquoi », nos « qu’est-ce j’ai fait au Bon Dieu ».

Qui entendra nos cris ?

Nos cris d’émerveillement et de joie quand les médecins et soignants sauvent la vie,

nos chants de mercis quand surviennent la guérison ou la paix intérieurs.

Tous nos cris, Seigneur, Tu les entends, Tu les accueilles, Tu les portes en Toi !

Jean- Noël Klinger dans la plaquette de carême 2017 du CCFD.


> CCFD < > Equipe Locale Solidarité, CCFD <

Près de toi, Marie

Quand l’existence est pesante

A cause des fardeaux

déposés sur nos épaules

et dans notre cœur,

nous aimons venir

près de toi,  Marie,

déposer devant toi et l’Enfant

que tu serres en tes bras ,

la lourde charge de nos jours .

                                          

Pareille à nous, tu as porté le poids

De l’humaine existence.

Aussi venons-nous,

Puiser espoir et réconfort

Auprès de toi, notre sœur humaine

et, surtout, apaiser le rythme affolé

de nos questions et de nos peurs !

 

Le doute et le découragement

Sur toi n’ont - ils pas

Aux jours de nuit             

Jeté leur épais voile ?

Aussi venons - nous, près de toi,

Notre sœur d’humaine existence,

Puiser le courage de nous relever

et d’avancer encore, avec confiance,

sur nos rudes routes quotidiennes .


Texte de Charles SINGER

- petit livre des saisons

Dieu nous accompagne

En toutes nos saisons.

En cette saison

Alors que les humains entreprennent

Leurs joyeuses migrations de vacances

Et contemplent la Voie Lactée

Qui brode ses champs d’étoiles

Sur le tulle transparent des claires nuits d’été

Et courent sous la pluie des orages

Qui gonflent les nuages,

Alors que la terre

Accomplit son ordinaire travail

Dans l’engendrement

De l’immense variété de ses  fruits,

Le Père de tous les vivants

nous offre

le visage de sa maternelle présence.

Il nous insuffle son Esprit

Et nous tient dans le grand vent

De son souffle créateur.

Son unique désir,

Issu de son infinie générosité,

Est que nous savourions la vie

Et que nous goûtions pleinement

Le bonheur de chaque jour !

MÉDITATION juin 2017

texte de Charles Singer, petit livre des saisons.


A l’orée de l’été

Dieu notre Père,


Tu nous appelles à annoncer au monde la Bonne

Nouvelle du salut que ton Fils Jésus le Christ a

opéré en offrant librement sa vie sur la croix par

amour pour nous.


Tu nous invites à travailler ensemble à la Mission

de l’Eglise dans la force de l’Esprit.

Donne-nous part à ton Esprit-Saint, afin qu’il nous

transforme au plus profond de nous-mêmes :


Qu’il nous communique sa force afin que nous

devenions de vrais disciples missionnaires de

ton Fils,


Qu’il nous donne l’audace de proposer l’Evangile

à tous nos contemporains jusqu’aux plus

extrêmes périphéries.


Qu’il suscite en nous un ardent désir de nous

engager dès ici-bas pour hâter l’avènement

de ton Royaume


Nous te le demandons à Toi, Dieu notre Père, par

Jésus-Christ, ton Fils notre Seigneur qui vit et

règne avec Toi et le Saint-Esprit maintenant et

pour les siècles des siècles.

Amen.

ŒUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES

PRIERE POUR LA SEMAINE  MISSIONNAIRE   MONDIALE  2017

ENSEMBLE OSONS  LA MISSION !

Face à la mort l’esprit humain est naturellement désemparé. Pourtant, notre Dieu n’est pas un Dieu des morts, il est un Dieu de la vie. Aussi la prière pour un défunt n’est pas une dévotion à un Dieu de l’ombre qui serait le gardien du séjour des morts, mais un acte de foi à un Dieu vivant qui accueille ses enfants au terme de leur parcourt terrestre. Méditons ce texte que d’aucuns attribuent à St Augustin.

La mort n’est rien


«
La mort n'est rien : je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait, n'employez pas un ton différent.
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. »

Saint Augustin

Amis, frères de partout,
il est venu celui qu'on attendait. Connaissez-vous son Nom ?

Je vais vous le dire et dans vos coeurs

son Nom chantera comme une flûte dans le silence brumeux de la nuit.

Portes, ouvrez-vous !
Sur les chemins, faites de la place. Préparez la maison.
Posez des lumières sur vos fenêtres.

Sachez que la longue attente est terminée. Levez la tête !
Je vous le dis : ll est venu !

Connaissez-vous son Nom ?

Je vais vous le dire et son Nom éclatera
comme des poussières d'étoiles sur la place du monde.

Aujourd'hui, lumineuse sera la nuit et resplendissant le jour.

Car il est né l'enfant qui change le monde.
Connaissez-vous son Nom ?

Sur son visage danse le sourire de Dieu.
Il est né, il restera avec nous et la joie des hommes devient la joie de Dieu.

ll est né, il reste avec nous et la souffrance des hommes devient la souffrance de Dieu.

Il est né, il reste avec nous et l’amour des hommes devient l’amour de Dieu.

ll est né, il reste avec nous et ses paroles portent la vie en elles comme un printemps gonflé de promesses.

Connaissez-vous son Nom ?
Je vais vous le dire et je voudrais qu'il reste attaché à votre coeur. ll s'appelle EMMANUEL.

ll est Dieu avec nous.

Charles SINGER

Seigneur,

Tu m'offres cette nouvelle année
comme un vitrail à rassembler
avec les 365 morceaux de toutes les couleurs

qui représentent les jours de ma vie.


J’y mettrai le rouge de mon amour et de mon enthousiasme,

le mauve de mes peines et de mes deuils
le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves,
le bleu ou le gris de mes engagements ou de mes luttes,

le jaune et l’or de mes moissons…


Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires

et le noir pour ceux où tu seras absent.

Je cimenterai tout par la prière de ma foi

et par ma confiance sereine en toi.


Seigneur, je te dernande simplement d'illuminer

de I'intérieur ce vitrail de ma vie,
par la lumière de ta présence
et par le feu de ton esprit de vie.

Ainsi, par transparence,

ceux que je rencontrerai cette année

y découvriront peut-être,
le visage de ton Fils bien aimé
Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.


Cette prière est extraite du livre "Rythmes et spirales vers Dieu" de Gaston Lecleir. Edition du Moustier, 1995. p80.