Mosaïques

Célébration

 

CÉLÉBRATION


HORAIRES DES EUCHARISTIES


Tous les mercredis à 08 h 30

à Saint-Jean Bosco


Tous les samedis à 18 h 00

à Saint-Jean Bosco


Tous les dimanches à 10 h 30

à Saint-Benoît


Tous les dimanches à 10h 30 : messe à la maison de retraite Caritas


Le 03 décembre 2017, premier dimanche de l’avent, début de l’année liturgique B, entre en vigueur la nouvelle version de la prière du « Notre Père ». De quoi s’agit-il ? Pour aller droit au but, il ne s’agit pas d’un changement de l’ensemble du « Notre Père ». Il s’agit plutôt de préciser une traduction approximative d’un verset de cette prière en Français qui prête à confusion. Il est un dicton italien qui dit : « traduire c’est trahir ». « Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal » est la phrase du « Notre Père » qui est modifiée. En effet, elle laisse entendre que Dieu est celui qui nous tente ! Pour peu que l’on soit attentif, cette expression fait de Dieu « un tentateur ». Ce qui est totalement le contraire de la nature divine.


Sur le plan théologique cette erreur de traduction vient du fait que l’expression grecque  « eisphéro » (Mt 6, 13) qui signifie « induire » a été mal traduite en Français. Soit dit en passant, on n’a pas le même problème avec la version italienne, espagnole ou portugaise du « Notre Père ». Il était donc temps de corriger cette erreur de traduction qui a entrainé une méprise théologique sur la conception de notre Dieu, qui est un Père très aimant. C’est pourquoi traduire par « ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal » est plus exact aussi bien sur le plan théologique que littéraire. Avec le temps nous pensons que rapidement nous allons prendre l’habitude de réciter la nouvelle version du « Notre Père ».

Célébration

Notre Père...

... ne nous laisse pas entrer en tentation...